Institut de l'Enfant ...  le Cereda à Nancy



                Centre d'Étude et de Recherche sur l'Enfant dans le Discours Analytique

                              LA PSYCHANALYSE AVEC LES ENFANTS


Le groupe La Cigogne du Nouveau Réseau du Centre d'Etudes et de recherches sur l'Enfant dans le     Discours Analytique (NR-CEREDA) reprend ses travaux au décours de cette rentrée pour l'année  2022-2022.  Dans le prolongement de l'année précédente, il s'agira pour nous de cheminer vers la 

                                  7 Journée de l'Institut de l'Enfant ( JIE 7 )                                       qui aura lieu en mars prochain sous le titre : 


PARENTS EXASPERES - ENFANTS TERRIBLES

Qu'est-ce que la famille aujourd'hui dans notre civilisation au XXIème ? La réponse serait qu'elle n'est plus prise dans une représentation universalisable, mais bien plus dans une pluralité. Il y a des familles, pluralité dans les constructions - couples hétérosexuels ou homosexuels, monoparentales, recomposées, etc. Mais cette pluralité repose quand même sur un fondement : c'est à partir d'au moins un enfant qu'une famille se constitue. Il y a pour des femmes, pour des hommes, le désir d'enfant, objet manquant, objet cause du désir, objet a, objet plus-de-jouir. « Pour atteindre au signifiant " parent ", écrit Marie-Hélène Brousse, il faut l'objet "enfant ".[1] »L'enfant est là dès lors en place d'objet, agent qui organise le discours de ceux pris dans la parentalité.

La « montée au zénith de l'objet a », selon l'expression de Lacan, est ce qui caractérise notre civilisation hypermoderne. « L'enfant est une guise éminente de cet objet, et cela depuis fort longtemps. Mais si auparavant l'enfant était pris dans le soucis de la lignée et de la transmission du nom, les historiens ont démontrés qu'avec la modernité le rapport à l'enfant se modifiait et que sa valeur ne tenait plus à ces coordonnées du système de parenté. [2]» On a pu souvent entendre parler d'enfant-roi. « Avec Lacan, on peut dire qu'il s'agit maintenant de la dictature du plus-de-jouir, et ce terme de dictature convient assez pour caractériser la relation que de plus en plus de parents entretiennent avec leur enfant. [3]»

Alors ... ?

PARENTS EXASPERES - ENFANTS TERRIBLES

Tel est le titre proposé par Jacques-Alain Miller pour la 7ème journée de l'Institut psychanalytique de l'Enfant. A partir de cette proposition, Daniel Roy établit un texte[4] pour nous orienter dans le travail jusqu'à cette journée qui aura lieu en mars 2023. 

Pour notre première soirée de travail de La Cigogne, groupe CEREDA à Nancy, nous vous invitons à un échange à partir de nos lectures du texte d'orientation de Daniel Roy. De là nous verrons comment nous cheminerons tout au long de cette année 2021/2022. Il s'agira que nous puissions confronter ce travail de lecture à notre clinique, et ce à chacune de nos rencontres. Il s'agit bien de cette clinique avec celle et ceux que nous rencontrons dans nos pratiques en cabinet tout autant en institution.

Nous vous invitons donc à une première séance de notre groupe La Cigogne, le 21 octobre prochain, 20h30, à la MJC Lillebonne, 14 rue du Cheval Blanc, 54000 Nancy.

Les séances suivantes, les jeudis, même heure, même adresse, auront lieu :

25 novembre 2021, 16 décembre 2021, 20 janvier 2022, 10 mars 2022, 12 mai 2022 

et 9 juin 2022.

             La MJC Lillebonne, à suivre la réglementation, demande que les participants soient en possession                    d'un « passe sanitaire ».

Pour tout renseignement : Michel Keuvreux  Michel.keuvreux@numericable.fr

Claire Joly  cjoly@departement54.fr        Clémentine Lopinto  Clementine.lopinto@orange.fr


[1] M.-H. Brousse, Un néologisme d'actualité : la parentalité, La Cause freudienne, n°60, p.122  [2] Idib., p.122 [3] Idib., p.122 [4]   https://institutenfant.fr/wpcontent/uploads/2021/01/PARENTS_EXASPERES.pdf


                             « Ça (s)expose »

« Ça (s)expose » Freud a écrit sur la sexualité à une époque où une femme ne pouvait évoquer son désir sans contrevenir à la morale. Cela n'empêche pas l'inventeur de la psychanalyse d'avoir donné la parole aux femmes, bien au-delà d'un respectable désir. Freud recense les jouissances infantiles, bisexuelles, perverses, inverties... pour trouver les articulations possibles entre pulsions sexuelles et objets, devant les savants offusqués de son temps. Il a su entendre celles qui n'avaient que leur corps pour exposer leurs maux. Aujourd'hui, nous sommes à l'heure de la parole généralisée, où chacune, chacun peut dénoncer la rencontre traumatique avec la sexualité. L'intitulé de ce numéro d'@-trait du CIEN est en soi un programme pour se saisir du thème de « la sexuation des enfants ». « Quand un sujet s'expose encore et en corps, se pose la question de savoir si cette répétition ne participe pas de la mise au monde symptomatique d'un trauma qui fait identité. » Comment considérer différemment ce qui s'expose entre trauma et identité ? Ce sont toujours les détails qui trahissent le mieux la jouissance. Des détails qui exposent au regard une jouissance, mais laquelle ? Celle de l'adolescente ou celle du spectateur convoqué ? La lecture de Freud est un détour nécessaire pour saisir le lien entre l'amnésie infantile et la force des passions qui traversent les premières années de vie. Vouloir un autre corps que celui reçu à la naissance, forcer le traumatisme de la mauvaise rencontre, se déguiser, autant de façons de (s)exposer faisant apparaître et disparaître le sujet.

Nicole Borie