Institut de l'Enfant ...  le Cereda à Nancy



                           Centre d'Étude et de Recherche sur l'Enfant dans le Discours Analytique

                                        LA PSYCHANALYSE AVEC LES ENFANTS


Le groupe La Cigogne du Nouveau Réseau du Centre d'Etudes et de recherches sur l'Enfant dans le  Discours Analytique (NR-CEREDA) reprend ses travaux au décours de cette rentrée pour l'année    2020-2021. Dans le prolongement de l'année précédente, il s'agira pour nous de cheminer vers la 6ème Journée de l'Institut de l'Enfant (JIE 6) qui aura lieu le 13mars prochain sous le titre :

La sexuation des enfants

« La sexuation ne dépend pas du réel biologique (...).

En posant que tout sujet doit se débrouiller avec l'existence des logiques féminine et masculine ainsi qu'avec le corps qu'il a, Lacan a libéré la psychanalyse de la contrainte selon laquelle l'anatomie, c'est le destin. » Nous tenterons dès lors de cerner de quoi il en retourne de ces deux logiques telle que Lacan nous les propose sachant qu'elles ne suivent pas l'inscription imaginaire de l'anatomie ...

Michel KEUVREUX    michel.keuvreux@numericable.fr

 

                             « Ça (s)expose »

« Ça (s)expose » Freud a écrit sur la sexualité à une époque où une femme ne pouvait évoquer son désir sans contrevenir à la morale. Cela n'empêche pas l'inventeur de la psychanalyse d'avoir donné la parole aux femmes, bien au-delà d'un respectable désir. Freud recense les jouissances infantiles, bisexuelles, perverses, inverties... pour trouver les articulations possibles entre pulsions sexuelles et objets, devant les savants offusqués de son temps. Il a su entendre celles qui n'avaient que leur corps pour exposer leurs maux. Aujourd'hui, nous sommes à l'heure de la parole généralisée, où chacune, chacun peut dénoncer la rencontre traumatique avec la sexualité. L'intitulé de ce numéro d'@-trait du CIEN est en soi un programme pour se saisir du thème de « la sexuation des enfants ». « Quand un sujet s'expose encore et en corps, se pose la question de savoir si cette répétition ne participe pas de la mise au monde symptomatique d'un trauma qui fait identité. » Comment considérer différemment ce qui s'expose entre trauma et identité ? Ce sont toujours les détails qui trahissent le mieux la jouissance. Des détails qui exposent au regard une jouissance, mais laquelle ? Celle de l'adolescente ou celle du spectateur convoqué ? La lecture de Freud est un détour nécessaire pour saisir le lien entre l'amnésie infantile et la force des passions qui traversent les premières années de vie. Vouloir un autre corps que celui reçu à la naissance, forcer le traumatisme de la mauvaise rencontre, se déguiser, autant de façons de (s)exposer faisant apparaître et disparaître le sujet.

Nicole Borie