Séminaires à Nancy



Véritable colonne vertébrale de l'ACF, ce lieu d'études des textes fondamentaux de la psychanalyse est avant tout un moment où des cliniciens et tous ceux qui sont intéressés par le discours analytique peuvent se rencontrer et questionner leurs pratiques professionnelles, institutionnelles, mais aussi éthiques et culturelles. Dans chacune des villes où il se tient, l'équipe en charge lui donne un style et un ton propre.

Séminaire d'étude


D'un tout dernier Lacan ...


Au Séminaire d'étude à Nancy ...

Nous reprendrons, là où nous l'avons laissée, la lecture du cours « Le Tout Dernier Lacan », cours donné par Jacques-Alain Miller de 2006 à 2007. Les ultimes enseignements de Lacan avaient de quoi nous égarer, Jacques-Alain Miller nous donne là une lecture, celle d'un Lacan en prise avec le réel, et cela déjà dès ses premiers séminaires ...

Mais avant de reprendre cette lecture, il s'agira de nous réunir le 29 septembre prochain pour une soirée en vue des 52èmes journées de l'Ecole de La Cause Freudienne,


Dénis contemporains de l'inconscient

Lors de cette soirée, nous sommes invités à prendre la parole à partir des arguments ou des boussoles, axes cliniques et flèches, qui nous sont proposés en vue de ces Journées (https://journees.causefreudienne.org).

Dates et heure :

Les jeudis, 20h30

... 29/09/2022 ; 20/10/2022 ; 17/11/2022 ; 08/12/2022 ; 12/01/2023 ; 09/02/2023 ; 09/03/2023 ; 13/04/2023 ; 11/05/2023 ; 08/06/2023.

Lieu :  MJC Lillebonne, 14 rue du Cheval Blanc, 54000 Nancy.                                                  Renseignements auprès de Michel Keuvreux, michel.keuvreux@numericable.fr.


Séminaire d'Introduction à la Clinique Analytique

                    SICA


Du désir à la jouissance, le pas de Lacan.


En juin 2013, le magazine Le Point publie un article sous le titre : « Lacan, professeur de désir » En réponse aux questions du journaliste, Jacques Alain Miller dit que s'il y a quelque chose à apprendre c'est que le désir n'est pas une fonction biologique, il n'y a pas de « savoir infaillible » qui, d'instinct, mettrait le sujet sur la voie de son désir. Il affirme : « Le désir est avant tout l'effet de la structure du langage. Le désir n'est concevable que chez les êtres parlants. »

Dans « Subversion du sujet et dialectique du désir » Lacan énonce : « Le désir s'ébauche dans la marge où la demande se déchire du besoin. » (Écrits p.814). C'est dans les effets d'une demande à l'Autre que le désir nait. Il faut donc un Autre, une adresse à l'Autre articulée dans le langage.

Dans un premier temps, les élaborations de Lacan ont été construites autour des affirmations suivantes 

« Le désir inconscient est le désir de l'Autre. » (La direction de la cure, Écrits p.632)

« Nous voyons ici le nœud étroit du désir et de la loi. (Séminaire L'Éthique, p.208)

« Il s'agit en effet avec le phallus de quelque chose qui s'articule sur le plan du langage, et qui se situe comme tel sur le plan de l'Autre. C'est le signifiant du désir en tant que le désir s'articule comme désir de l'Autre. » (Séminaire Les formations de l'inconscient, p.379)

Le désir est articulé à la loi et au langage dans lequel le nom-du-père dit non à la jouissance pour que se constitue le désir.

Mais quelque chose s'oppose à ce programme, déjà identifié par Freud. La répétition, la pulsion de mort, l'affaiblissement du nom-du-père et ses conséquences sur la loi, font que l'articulation Langage/Autre/Loi/désir ne tient pas. L'assomption du sujet et de son désir n'est plus la conséquence de la prise du sujet dans le langage.

Au terme de sujet et d'assomption du désir dans l'assujettissement à la loi est substitué le terme de parlêtre associé à la lalangue, au corps et à la jouissance. Jouissance dont J.A. Miller nous dit, dans « L'Être et l'Un », séance du 2/03/2011 : « La jouissance comme telle, c'est la jouissance non oedipienne, la jouissance conçue comme soustraite de, comme en dehors de la machinerie de l'oedipe. » Ce qui est en jeu, c'est la déliaison d'avec l'Autre.

Dans les quatre séances de ce séminaire, nous tenterons de refaire le trajet de Lacan. Nous tirerons les conséquences de ce changement de perspective sur la direction de la cure et sur l'approche du malaise dans la civilisation.

Le séminaire se déroulera à la MJC Lillebonne à 20 h 30, les 27/01, 24/03, 16/06 ; 15/09


Jean-Marie ADAM   adamjean-marie.@orange.fr

                          Cartel



Le cartel m'a conduit ailleurs que là où je pensais aller...

Nombreux sont les témoignages de sujets qui ont rencontré le discours analytique et s'en sont mis au travail, entre autres, par le dispositif singulier qu'est le cartel dont les principes sont présentés pour la première fois par Jacques Lacan le 21 juin 1964 dans L'Acte de Fondation de l'École freudienne de Paris.


(Extraits de témoignages)


Michèle Elbaz, L'expérience du cartel : «Le cartel a tenu une place particulièrement juste, me permettant, d'emblée de cheminer entre le Charybde d'un savoir mort et le Scylla d'une inhibition débilitante! À l'écart de ces deux maladies du savoir, j'ai trouvé dans la voie du cartel les conditions de possibilité du déchiffrage de l'écrit et de l'invention d'un gai savoir, dont l'orientation éthique touchait pour moi à ce qu'il y avait de plus essentiel, au-delà de ce qu'il m'était possible de concevoir, de retenir ou de mesurer, et à ma main.»


Laurent Dupont, Entre élaboration et élucubration, le cartel, l'analyse et la passe : "Je décidais de ne plus lambiner avec mon désir et (...) m'inscrivis aux enseignements de Paris 8, suivis les cours de Jacques-Alain Miller et m'engageais immédiatement dans un cartel. Il m'a semblé, très tôt, que le cartel était au joint de ces trois grands axes : théorie, pratique, analyse, soit la production d'un savoir, d'élaboration avant tout. (...) Je n'ai jamais cessé d'être en cartel.»


Danièle Lacadée Labro, Élaboration provoquée : du cartel à la passe : «J'ai commencé à travailler en cartel alors que j'étais encore en analyse chez un membre de l'IPA. (...) J'étais intéressée par l'enseignement de Lacan : le découpage qu'il effectue entre symbolique, imaginaire et réel dès ses premiers séminaires m'avait paru être un fil précieux car efficace face aux textes confus que je lisais dans les groupes de travail auxquels je participais. À partir de là j'avais décidé de m'aventurer davantage dans son enseignement. J'ai été accueillie sans réserve dans ce cartel et ai pu me mettre au travail. Cela n'a pas cessé durant ces nombreuses années.»


Le dispositif de cartel comme "organe où l'on fait son apprentissage" en s'attelant aux lectures des travaux de Sigmund Freud, de Jacques Lacan, de Jacques-Alain Miller - en petit groupe et loin de toute didactique - soutient l'élaboration d'un savoir singulier dans l'articulation d'effets subjectifs et du discours analytique pour chacun.À ce titre, le cartel s'adresse à toute personne, professionnel, analysant, psychanalyste s'orientant de la psychanalyse quelle que soit son avancée dans la pratique, la théorie ou l'analyse.


Déléguée aux Cartels de Nancy ACF-Est.
Capucine Dorkel, capucine.dorkel@gmail.com